Deutsche Tageszeitung - Le policier qui a tué l'Afro-Américain George Floyd cherche à faire annuler son procès

Le policier qui a tué l'Afro-Américain George Floyd cherche à faire annuler son procès


Le policier qui a tué l'Afro-Américain George Floyd cherche à faire annuler son procès
Le policier qui a tué l'Afro-Américain George Floyd cherche à faire annuler son procès / Foto: © AFP

Le policier qui a tué l'Afro-Américain George Floyd et enflammé les Etats-Unis en 2020 tente à partir de mercredi de faire annuler sa condamnation pour meurtre lors d'un procès en appel à la portée essentiellement symbolique.

Textgröße ändern:

Derek Chauvin, 46 ans, a été reconnu coupable de meurtre par la justice de l'Etat du Minnesota, dans le nord du pays, à l'issue d'un procès très médiatisé en 2021, et condamné à 22 ans et demi de détention.

Il estime que ses droits à un procès équitable ont été bafoués compte tenu notamment de la "publicité" autour du dossier et des "menaces de violences" qui auraient dû entraîner un dépaysement des audiences, et réclame l'annulation du verdict.

Quelle que soit l'issue de cet appel, Derek Chauvin restera en prison car il a plaidé coupable de "violations des droits civiques" de George Floyd devant un juge fédéral et écopé en 2022 d'une peine définitive de 21 ans de prison.

- "Diabolisé" -

Le 25 mai 2020, cet agent de la police de Minneapolis, en poste depuis 19 ans, était resté agenouillé sur le cou du quadragénaire noir pendant près de dix minutes, indifférent à ses râles et aux interventions de passants affolés.

La scène, filmée et mise en ligne, avait déclenché d'immenses manifestations contre le racisme et les violences policières dans tous les Etats-Unis et au-delà.

Lors du procès devant la justice locale, son avocat avait plaidé que George Floyd était mort d'une overdose, combinée à des problèmes de santé, et avait assuré que Derek Chauvin avait fait un usage justifié de la force.

Aujourd'hui, l'ancien policier cherche à faire invalider ce procès, surtout parce qu'il s'est tenu dans les villes jumelles de Minneapolis-Saint-Paul, qui étaient toujours à cran moins d'un an après le drame.

Dans leur requête, ses avocats rappellent "les menaces" proférées contre les jurés, la peur d'un nouvel embrasement des deux villes en cas d'acquittement, et la couverture médiatique locale quotidienne qui a "idéalisé George Floyd et diabolisé Derek Chauvin".

- "Transparent" -

Les avocats de l'ancien policier reprochent au tribunal d'avoir refusé d'organiser les audiences dans une zone rurale de l'Etat, ou à défaut de ne pas avoir logé les jurés à l'écart. Selon eux, cela aurait évité qu'ils découvrent, en plein procès, que la ville de Minneapolis avait décidé de dédommager, à hauteur de 27 millions de dollars, les proches de George Floyd.

Ils mentionnent aussi les mensonges d'un juré qui avait dissimulé avoir participé aux manifestations ayant suivi la mort de George Floyd, et reprochent aux procureurs d'avoir présenté des témoignages "cumulatifs", de sept policiers et experts sur l'usage de la force.

Les procureurs rétorquent, dans un argumentaire distinct, que le procès était "l'un des plus précis et transparent" de l'Histoire, que la sélection des jurés a duré deux semaines et que le verdict doit être confirmé.

Les deux parties présenteront leurs arguments devant la cour d'appel à Saint-Paul à partir de 09H30 (15H30 GMT) et les audiences seront, comme lors du premier procès, télévisées.

Trois autres policiers, qui étaient restés passifs pendant l'agonie de George Floyd, ont écopé de peines allant de deux ans et demi à trois ans et demi de prison.

(W.Uljanov--DTZ)