Deutsche Tageszeitung - Le Kazakhstan élit son président après une année noire

Le Kazakhstan élit son président après une année noire


Le Kazakhstan élit son président après une année noire
Le Kazakhstan élit son président après une année noire / Foto: © AFP

Les Kazakhs élisaient dimanche leur président lors d'un scrutin anticipé qui doit permettre au dirigeant sortant Kassym-Jomart Tokaïev de consolider son pouvoir, après une année noire marquée par des émeutes sanglantes et une impitoyable lutte des clans.

Textgröße ändern:

La participation à 12H00 GMT atteignait 67,85%, à trois heures de la fermeture des bureaux de vote dans ce plus grand pays d'Asie centrale où quelque 12 millions d'électeurs ont été appelés aux urnes.

Les premiers sondages de sortie des urnes sont attendus vers 18H00 GMT.

Une quinzaine de personnes ont manifesté à Almaty, la capitale économique du pays, pour réclamer des élections libres, elles ont toutes été arrêtées par la police, a constaté l'AFP.

Ex-république soviétique riche en ressources naturelles et située au carrefour d'importantes routes commerciales, le Kazakhstan a plongé dans le chaos en janvier lorsque des manifestations contre la vie chère ont dégénéré en émeutes, avant d'être brutalement réprimées. Bilan: 238 morts.

Le pays reste traumatisé par cette crise et, signe que les tensions persistent, les autorités ont annoncé jeudi avoir arrêté sept partisans d'un opposant en exil accusés de fomenter un "coup d'Etat".

M. Tokaïev, qui a voté tôt dans la capitale Astana, devrait sans surprise être reconduit pour les sept prochaines années, avec face à lui cinq candidats quasi inconnus.

Reste à savoir s'il récoltera plus de 71% des voix comme en 2019, un score sans appel mais bien loin des 98% obtenus par son prédécesseur Noursoultan Nazarbaïev en 2015.

- "Coup d'Etat" -

A Astana et Almaty, les deux plus grandes villes du pays, l'AFP a vu plusieurs votants se prendre en photo devant les bureaux de vote, nombre d'électeurs invoquant l'"obligation" de montrer lundi la photo à leur employeur.

Ce scrutin vise à tourner la page d'une année difficile, mais aussi à consacrer le règne du président Tokaïev, 69 ans, qui s'efforce depuis des mois de réduire l'influence du clan de son puissant prédécesseur et mentor Noursoultan Nazarbaïev, au pouvoir durant trois décennies.

Car cette année a aussi vu M. Tokaïev, un diplomate de formation, se muer en dirigeant implacable, faisant tirer sur les émeutiers en janvier, arrêtant des proches de M. Nazarbaïev et tenant tête au président russe Vladimir Poutine dont il désapprouve l'invasion de l'Ukraine en février.

Le président Tokaïev a fait campagne en portant son projet visant à créer un "Nouveau Kazakhstan", plus démocratique et moins inégalitaire. Mais les difficultés économiques persistent, tout comme les réflexes autoritaires.

Arrivé au pouvoir en 2019 après la démission surprise de l'omnipotent Nazarbaïev, M. Tokaïev a officiellement entrepris de couper le cordon à la faveur de la crise de janvier après avoir longtemps été considéré comme l'homme de main de son prédécesseur.

- Espoir et désillusion -

Depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine, qui a choqué les anciennes républiques soviétiques, M. Tokaïev s'efforce de resserrer les liens avec la Chine, mais aussi avec l'Europe en contrepoids à l'influence russe.

Ces derniers mois, il a reçu la visite des chefs d'Etat russe, turc, chinois ainsi que de hauts responsables européens, et même du pape François.

Et les promesses d'ouverture démocratique et de réformes économiques trouvent un écho dans l'électorat.

"Depuis l'indépendance il y a trente ans, presque rien n'a changé, j'aimerais voir des changements significatifs", espère Nourlan N., colonel de police et soutien du président sortant.

Mais cette élection censée ouvrir l'ère du "Nouveau Kazakhstan" donne un sentiment de déjà-vu, avec un paysage politique déserté, une opposition de façade et les pressions des autorités.

De quoi laisser nombre de Kazakhs désabusés, comme Alia Bokechova, étudiante de 19 ans à Astana, qui n'ira pas voter. "C'est une perte de temps, nous savons déjà qui va gagner et on ne connait pas les autres candidats", dit-elle à l'AFP.

Les observateurs électoraux internationaux de l'OSCE ont regretté de leur côté dans un rapport que leurs recommandations "relatives aux libertés fondamentales et aux conditions d'éligibilité et d'inscription des candidats" soient "restées sans suite".

(W.Uljanov--DTZ)