Deutsche Tageszeitung - Les manifestations au Pérou vont continuer, concède le ministre de l'Intérieur

Les manifestations au Pérou vont continuer, concède le ministre de l'Intérieur


Les manifestations au Pérou vont continuer, concède le ministre de l'Intérieur
Les manifestations au Pérou vont continuer, concède le ministre de l'Intérieur / Foto: © AFP

Les manifestations qui secouent le Pérou depuis le 7 décembre et ont fait 46 morts "vont se poursuivre", a estimé lundi le ministre de l'Intérieur Vicente Romero à la veille d'un nouveau grand rassemblement à Lima.

Textgröße ändern:

"Les conflits vont se poursuivre, et nous travaillons intensivement avec le ministre de la Défense", a déclaré M. Romero à la chaîne publique TV Peru.

Il a également estimé que le pays connaissait "l'un des niveaux de violences les plus élevés depuis les années 1980" et le conflit armé entre les autorités péruviennes et les guérillas révolutionnaires du Sentier lumineux et du Mouvement révolutionnaire Tupac Amaru.

Le ministre de l'Intérieur a une nouvelle fois évoqué le "financement des manifestations" par "un groupe minoritaire" qui "ne montre pas son visage", déplorant les quelque 540 policiers blessés. Les autorités ont accusé à plusieurs reprises les manifestants d'être "manipulés" et financés par le narco-trafic et/ou les exploitations minières illégales.

Après une grande manifestation le 19 janvier, qui s'est soldée par des affrontements entre police et manifestants en fin de journée, un nouveau rassemblement de protestataires venus des régions pauvres andines est prévu mardi dans la capitale, malgré l'état d'urgence.

Les manifestants demandent la démission de la présidente Dina Boluarte, la dissolution du Parlement et la constitution d'une Assemblée constituante.

- Touristes évacués -

Les troubles ont débuté le 7 décembre après la destitution et l'arrestation du président de gauche Pedro Castillo, accusé d'avoir tenté un coup d'Etat en voulant dissoudre le Parlement qui s'apprêtait à le chasser du pouvoir.

La crise est aussi le reflet de l'énorme fossé entre la capitale et les provinces pauvres qui soutenaient le président Castillo, d'origine amérindienne, et voyaient son élection comme une revanche sur ce qu'ils ressentent comme le mépris de Lima.

Lundi, 83 tronçons de route étaient encore bloqués par des manifestants dans huit des 25 régions du Pérou.

Dans la région d'Ica (environ 350 km au sud de Lima), des protestataires ont attaqué des domaines agricoles appartenant à des grandes sociétés exportatrices.

Les aéroports d'Arequipa et de Juliaca, dans le sud du pays, restaient fermés lundi, a indiqué leur opérateur, Aeropuertos Andinos del Peru. Tout comme le joyau touristique du Machu Picchu qui n'accueille plus de visiteurs depuis samedi.

Une opération d'évacuation de plus de 400 touristes, bloqués depuis plusieurs jours, a dû être menée. Le chemin de fer, seul moyen de se rendre sur le site - en dehors de la marche - est coupé depuis plusieurs jours, la voie ayant été endommagée par des protestataires.

- Manifestants libérés -

Dans la nuit de dimanche à lundi, 192 des 193 personnes arrêtées samedi à l'université San Marcos, où elles étaient hébergées pour pouvoir participer aux manifestations, ont été libérées.

Après "les auditions de chacune d'entre elles" et "après avoir reçu les rapports de police (...) le procureur provincial a remis en liberté 192 personnes, une personne restant en détention", a indiqué le Parquet dans un communiqué.

Des milliers de personnes venues des régions andines pauvres ont convergé vers Lima la semaine dernière pour participer à la mobilisation contre la présidente.

Des centaines d'entre elles se sont logées dans des auberges, des locaux de partis politiques et dans deux des universités de la capitale, dont celle de San Marcos, au centre-ville.

Samedi, les forces de l'ordre ont fait irruption sur le campus de San Marcos, enfonçant le portail avec un véhicule blindé et faisant se coucher au sol les personnes présentes avant de les embarquer. Dimanche, des proches s'étaient rassemblés devant la Direction contre le Terrorisme (Dircote) de Lima où étaient détenus les manifestants, plusieurs médias locaux dénonçant cette opération policière controversée.

(P.Hansen--DTZ)