Deutsche Tageszeitung - Coupe de France: Nantes, la résurrection des Canaris

Coupe de France: Nantes, la résurrection des Canaris


Coupe de France: Nantes, la résurrection des Canaris
Coupe de France: Nantes, la résurrection des Canaris / Foto: © AFP

Un an après avoir frôlé la Ligue 2 dans un climat de défiance entre ultras et direction, Nantes a ajouté une ligne à son palmarès qui commençait à rouiller en remportant la Coupe de France et retrouvera l'Europe la saison prochaine.

Textgröße ändern:

Oublié le faux cercueil du "Kita Circus" promené par les ultras en lutte contre leur président Waldemar Kita, c'est la Coupe Charles-Simon que les Jaunes vont balader dans les rues de Nantes pour la parade, dimanche à partir de 17h00.

Même si elle est "trop petite", rigole Randal Kolo-Muani, l'attaquant le plus remuant de la finale de Saint-Denis contre Nice (1-0), la Coupe fait du bien aux "Canaris", qui avaient disparu des tableaux d'honneur.

"Nous venons de nulle part", rappelle Antoine Kombouaré. L'entraîneur arrivé l'an dernier pour sauver le club, et qui avait arraché le maintien en Ligue 1 à l'issue d'une confrontation en barrage face à Toulouse (2-1, 0-1).

"On pouvait crever et finir en Ligue 2 l'an passé. Là, on va jouer la Ligue Europa et bientôt le Trophée des champions. Vous imaginez l'écart, on a du mal à y croire. C'est quelque chose d'exceptionnel, d'unique, presque miraculeux pour nous", ajoute le technicien.

- Kombouaré "paye sa dette" -

Débarqué à 20 ans de Nouvelle-Calédonie au centre d'entraînement de La Jonelière en 1983, le Kanak a eu l'impression de "payer (s)a dette" au FCN, au nom de "tous les gars du Pacifique passé par ce club, Christian Karembeu, Marama Vahirua" a-t-il notamment cité.

Grâce au travail de Kombouaré, 21 ans après son huitième et dernier titre de champion de France, 22 ans après sa troisième Coupe de France, le FCN, ancienne place forte du football français, retrouve enfin les ors et la lumière.

La maison jaune a entre-temps connu deux fois la Ligue 2, en 2007-2008 puis de 2009 à 2013.

Kita, propriétaire depuis quinze ans, a reçu un beau cadeau d'anniversaire pour ses 69 ans, samedi, avec ce premier titre.

Cela risque de ne pas suffire à calmer la colère d'une partie des ultras, qui chantent régulièrement "FC Kita on n'en veut pas" et qui manifestent leur hostilité au président du club depuis des années.

Mais les deux parties vont retrouver ensemble l'Europe, pour la première fois depuis une brève apparition dans feu la Coupe Intertoto à l'été 2004.

- "Enfin un trophée !" -

Pour l'heure, les esprits sont à la fête de ce titre. "Je n'avais jamais rien gagné, c'est la première fois, enfin un trophée, c'est magnifique", s'extasie Nicolas Pallois, énorme en défense pour contenir les Niçois.

Il a même laissé son nez, bleu et ensanglanté, dans la bataille. "Je pense qu'il est cassé, mais ça va aller", lance-t-il.

Capitaine pour la Coupe de France (c'est Alban Lafont en L1), Ludovic Blas a les yeux qui brillent: "La coupe sur le podium, j'en ai rêvé, c'est un énorme plaisir. C'est beau, on entre dans l'histoire du FC Nantes, ce club mythique."

L'avenir, ce sera avec une autre équipe, Randal Kolo-Muani a déjà signé, libre, à l'Eintracht Francfort, finaliste de la Ligue Europa contre les Glasgow Rangers et donc en lice pour la Ligue des champions la saison prochaine si le club allemand s'impose.

"Je peux partir en paix", a lancé l'attaquant formé au club.

"Ludo" Blas sera peut-être parti aussi. "Joker !", brandit-il au sujet de son avenir. Mais la relève est déjà en marche, comme Quentin Merlin, qui a provoqué le penalty.

"C'est magnifique de gagner avec mon club formateur, lance-t-il, j'ai tout connu ici, des équipes de jeunes jusqu'à la L1, et maintenant la coupe d'Europe !" Comme à la belle époque.

(G.Khurtin--DTZ)