Deutsche Tageszeitung - Euro féminin: les Norvégiennes auréolées de l'étoile Hegerberg

Euro féminin: les Norvégiennes auréolées de l'étoile Hegerberg


Euro féminin: les Norvégiennes auréolées de l'étoile Hegerberg
Euro féminin: les Norvégiennes auréolées de l'étoile Hegerberg / Foto: © AFP

La star Ada Hegerberg mènera-t-elle les Norvégiennes jusqu'au sommet ? De retour en équipe nationale après près de cinq ans d'absence, la Ballon d'Or 2018 est un atout clé pour l'équipe scandinave qui entame l'Euro féminin jeudi contre l'Irlande du Nord (21h00).

Textgröße ändern:

Après cette longue pause et des blessures qui l'ont écartée des pelouses en 2020 et 2021, la "serial buteuse" norvégienne a aujourd'hui soif de foot.

"Elle a réalisé de très belles performances depuis son retour", bien qu'elle ne soit pas encore "de retour à 100%", explique l'internationale norvégienne Elise Thorsnes dans un entretien à l'AFP.

"Mais j'ai hâte de la voir (jouer, NDLR) contre de meilleures équipes", ajoute l'attaquante non sélectionnée pour l'Euro, mais qui commentera la compétition pour la télévision nationale NRK.

Après les Nord-Irlandaises, les Norvégiennes et leur capitaine Maren Mjelde rencontreront l'Angleterre, pays hôte, puis l'Autriche au sein d'un groupe A relevé.

- Grand retour -

Après près de cinq ans d'absence en équipe nationale, Ada Hegerberg, la première joueuse de l'histoire à décrocher le Ballon d'Or féminin, avait officialisé son grand retour en sélection à trois mois du lancement de l'Euro.

L'attaquante de 26 ans avait boudé la fédération norvégienne de football après l'échec de l'Euro-2017 (élimination de l'équipe nationale à la dernière place de sa poule). Hegerberg avait notamment critiqué sa fédération concernant les inégalités hommes/femmes dans les primes versées.

La joueuse retrouve sa place dans l'équipe de l'une des nations de référence du football féminin mondial, mais affiche des ambitions prudentes.

"Nous savons simplement que lorsque nous arriverons en Angleterre, nous devrons être prêtes", a expliqué Ada Hegerberg à l'AFP, une semaine avant le début du coup d'envoi de l'Euro. "Après cela, tout dépend de nous, vraiment".

"Nous savons que nous avons des joueuses de qualité", juge Hegerberg, pour qui tout le monde doit "aller à chaque match en voulant gagner".

Au Mondial-2019 en France, les Norvégiennes avaient échoué en quarts, une performance décevante pour une équipe au palmarès bien fourni -- 1 victoire en Coupe du monde (1995), 2 victoires (1987 et 1993) et 4 finales (1989, 1991, 2005 et 2013) à l'Euro.

Le retour de la première Ballon d'or féminine suscite l'admiration de ses coéquipières.

- "Mental" -

"Il y a un mot pour elle: le mental. Après deux ans sans jouer au foot, moi j'aurais lâché je pense. Elle a un mental toujours positif", a déclaré sa coéquipière à Lyon, la Française Selma Bacha, à l'AFP pendant un stage de préparation de la mi-juin.

"Elle a une connexion sur et en dehors du terrain. Qu'elle soit revenue avec son équipe nationale et qu'elle participe à l'Euro, franchement c'est beau avec tout ce qu'elle a traversé."

A l'Olympique lyonnais, où l'attaquante joue depuis 2014, deux graves blessures (rupture du ligament du genou droit puis fracture de fatigue au tibia gauche) l'ont privée de compétition pendant 20 mois en 2020 et 2021.

"Je pense qu'elle est revenue avec beaucoup d'énergie (...) c'est une leader et elle veut gagner à chaque match", dit Elise Thorsnes.

"Nous avons beaucoup appris depuis 2017 (...) nous sommes bien mieux préparées", affirme-t-elle. "Je pense que l'on sait mieux ce que l'on veut maintenant."

La Norvège pourra aussi compter sur une sélection composée de jeunes nouvelles recrues pour faire briller la devise de l'équipe, "sterkere semmen" ("plus fortes ensembles").

Pour cet Euro, l'entraîneur Martin Sjögren a misé sur une équipe composée de nouvelles têtes prometteuses, encadrées par des joueuses déjà rodées aux grands tournois.

"Je ne pense pas que les jeunes joueuses soient nerveuses, elles veulent juste prendre le risque de jouer au meilleur niveau, je pense que beaucoup de jeunes sont prêtes pour cela", estime Elise Thorsnes.

(L.Barsayjeva--DTZ)