Deutsche Tageszeitung - Handball: les Bleues face à leur bête noire norvégienne dès les demies

Handball: les Bleues face à leur bête noire norvégienne dès les demies


Handball: les Bleues face à leur bête noire norvégienne dès les demies
Handball: les Bleues face à leur bête noire norvégienne dès les demies / Foto: © AFP

Un grand "classique": les handballeuses françaises ont hérité en demi-finale de l'Euro-2022 vendredi (20h30) de leurs rivales Norvégiennes, domptées par les Danoises (31-20) mercredi à Ljubljana lors de la dernière journée du tour principal.

Textgröße ändern:

Un remake des finales de l'Euro-2020 et du Mondial-2021 face à leurs doubles bourreaux attend les championnes olympiques françaises, qui se sont promenées en parallèle face à l'Espagne (36-23) à Skopje.

"C'est un classique, arrivant peut-être un peu plus tôt que prévu par rapport aux dernières années", a réagi à chaud Estelle Nze Minko.

"On a appris de nos erreurs et on sera très agressifs pour effacer cet échec relatif", a affiché le sélectionneur Olivier Krumbholz avant le rendez-vous face aux championnes d'Europe et du monde en titre.

Dans l'autre demi-finale, le Danemark et le Monténégro se disputeront la deuxième place en finale.

En attendant, déjà qualifiées et assurées de la première place de leur groupe, les Bleues ont prolongé leur invincibilité dans ce Championnat d'Europe lors d'une rencontre face à la Roja, déjà éliminée, sans le moindre enjeu. Si ce n'est de prouver les hauteurs où planent les Bleues, qui ont survolé leurs six matches du tournoi, durant lesquels elles n'ont toujours pas été menées.

L'intérêt portait plutôt sur le face-à-face scandinave à près d'un millier de kilomètres, à Ljubljana.

- "Cadres au repos" -

Tout au long de la journée, les noms de leur éventuel adversaire se sont rayés à mesure des résultats, jusqu'à ce qu'il ne reste plus que la Norvège et le Danemark, le choc de cette fin de tour principal.

Ces deux équipes étaient déjà qualifiées au coup d'envoi mais avaient toutes les raisons de vouloir éviter les championnes olympiques françaises à la lumière de leur énième démonstration mercredi. Preuve en est le nombre de duels rugueux en fin de match qui pourraient laisser des traces, surtout en comparaison de la promenade française.

Dans les cages scandinaves, le duel à distance a tourné au désavantage de Sandra Toft face à l'inoxydable Katrine Lunde (42 ans).

Avant de s'envoler pour Ljubljana jeudi matin, les Bleues se sont elles économisées. Comme il l'avait annoncé, Olivier Krumbholz ne s'est pas privé de préserver ses leaders: le pivot Pauletta Foppa, la gardienne Cléopâtre Darleux et l'arrière Laura Flippes, ainsi que l'ailière Alicia Toublanc sont restées en tribunes. La capitaine Nze Minko, Grâce Zaadi et Béatrice Edwige n'ont pas le quitté le banc.

"On a mis beaucoup de cadres au repos, donc on va partir à égalité de chance", juge Olivier Krumbholz, malgré le déplacement vers Ljubljana.

À l'inverse, il a lancé la troisième gardienne Camille Depuiset et la jeune demi-centre Léna Grandveau (19 ans), qui ont chacune disputé leurs premières minutes dans un grand tournoi international. Des joueuses moins sollicitées ont aussi saisi leur chance, comme Tamara Horacek (5 buts sur 7 tirs) ou Océane Sercien-Ugolin (5/6). Toutes les mains seront bienvenues face aux championnes d'Europe et du monde.

(V.Sørensen--DTZ)