Deutsche Tageszeitung - Euro-2022 de hand: soirée noire des Bleues en pleine série "Norge"

Euro-2022 de hand: soirée noire des Bleues en pleine série "Norge"


Euro-2022 de hand: soirée noire des Bleues en pleine série
Euro-2022 de hand: soirée noire des Bleues en pleine série "Norge" / Foto: © AFP

La Norvège reste la meilleure équipe du monde annonçait le sélectionneur de l'équipe de France, Olivier Krumbholz, sortie dès les demi-finales de l'Euro-2022 par les championnes d'Europe et du monde (28-20) vendredi à Ljubljana.

Textgröße ändern:

Après les finales de l'Euro en 2020 et du Mondial-2021, les Norvégiennes ont une nouvelle éteint un rêve de titre des Bleues qui redescendront dans l'Arena Stozice dimanche (17h45) pour disputer la médaille de bronze au Monténégro.

Herning 2020 et Granollers 2021 ont leur suite: Ljubljana 2022. Une fois encore des créatures du nord sont venues hanter les Bleues, cette année, sans attendre la finale.

Le faux pas des Championnes d'Europe et du monde mercredi face au Danemark (31-29) --qu'elles retrouveront en finale-- a précipité avant l'heure sur la route de la bande d'Estelle Nze Minko leurs rivales boréales.

Et s'est répété leur cauchemar récurrent dont la bande son est un clapping exécuté par une foule rouge équipée de clochettes.

La fée du handball a visité les fjords d'où elle s'est penchée sur les berceaux du trio d'arrières norvégiennes: Henny Reistad (5 buts), Nora Mork (8 buts) et Stine Oftedal (7 buts), phénoménale vendredi.

Avant de craquer en fin de match, les championnes olympiques ont contenu leur adversaire défensivement (12-11 à la mi-temps). Mais elles ont tout du long buté, comme l'an passé en Catalogne, sur Silje Solberg (14 arrêts, 41% de tirs arrêtés), à l'image de son double arrêt face à Coralie Lassource et Grace Zaadi, qui les a privées de l'égalisation juste avant la mi-temps.

- la démonstration d'Oftedal -

Si Cléopâtre Darleux (23%), presque infranchissable depuis le début du tournoi (42% de tirs arrêtés auparavant), a perdu le duel des gardiennes vendredi, c'est surtout la faute de Stine Oftedal.

La demi-centre élue meilleure joueuse du monde en 2019 a arrosé de tirs rasants la Brestoise. A l'image de l'ouverture du score (1-0), comme un symbole, la première fois du tournoi que les Bleues étaient menées.

Passée quatre saisons par Issy-Paris dans le Championnat de France, Oftedal, proche des Bleues, avec lesquelles elle avait fêté le titre olympique de Tokyo sur le terrain, est redevenue leur habituelle bourreau.

Hasard ou pas, celle-ci était absente de leur route aux JO de Tokyo, éliminée en demie par les Russes. Se dessine un commencement de complexe face aux Norvégiennes, invaincues depuis 2017 face aux Françaises et en chasse d'un neuvième titre européen dimanche pour étirer leur record.

C'est la troisième fois en quatre tournois que les tricolores trébuchent quand elles croisent la bande de l'inoxydable Katrine Lunde (42 ans). Même cette dernière, qui pourrait décrocher à titre personnel un sixième championnat d'Europe, a été déterminante pour stopper un penalty de Zaadi permettant aux Bleues de revenir à deux longueurs (20-17) à un quart d'heure de la fin.

La 500e d'Olivier Krumbholz à la tête des Bleues ne restera pas son meilleur souvenir. Reste une médaille à sauver dimanche: un bronze à collectionner pour perpétuer leur série insensée, excepté l'accident de Kumamoto au Mondial-2019, les handballeuses tricolores ne sont jamais revenues bredouilles d'un tournoi depuis les JO-2016.

(Y.Ignatiev--DTZ)