Deutsche Tageszeitung - Mondial: L'Iran s'offre le droit de rêver

Mondial: L'Iran s'offre le droit de rêver


Mondial: L'Iran s'offre le droit de rêver
Mondial: L'Iran s'offre le droit de rêver / Foto: © AFP

L'Iran, qui avait vécu un cauchemar contre l'Angleterre, s'est offert vendredi le droit de rêver à une qualification historique pour les huitièmes de finale du Mondial-2022, après sa victoire contre le pays de Galles (2-0).

Textgröße ändern:

Tout devrait se jouer mardi prochain contre les Etats-Unis, dans une rencontre qui s'annonce historique, comme celle du Mondial-1998 en France, que l'Iran avait remportée dans une ambiance de fraternisation avec leurs adversaires.

Ce nouvel Iran - Etats-Unis pourrait même avoir encore plus de relief car cette fois, la "Team Melli" peut se qualifier pour les huitièmes de finale (ce serait une première en six participations), et parce que la rencontre se dispute alors que le pays est secoué depuis mi-septembre par un mouvement de protestation contre la République islamique, violemment réprimé.

Le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU a décidé jeudi d'ouvrir une enquête sur cette répression qui, en plus de deux mois, a fait au moins 416 morts, dont 51 enfants, selon l'ONG Iran Human Rights (IHR), dont le siège est en Norvège.

Un contexte bien présent dans les tribunes des stades où évolue l'Iran: vendredi, les services de sécurité du stade Ahmad bin Ali ont confisqué à un homme son drapeau iranien frappé des mots emblématiques de la révolte, "Femmes Vie Liberté", a constaté un journaliste de l'AFP.

A ses côtés, une femme arborait un maillot frappé du nom de Mahsa Amini et du numéro 22, l'âge de cette étudiante arrêtée pour avoir mal porté le voile islamique et dont la mort a déclenché la révolte.

La victoire contre les Gallois, et les perspectives qu'elle ouvre, réconciliera-t-elle la "Team Melli" avec ceux qui lui reprochent de ne pas suffisamment afficher son soutien aux manifestants ou d'avoir accepté d'être reçue par le président ultraconservateur Ebrahim Raissi avant son départ pour le Qatar ?

Cette fois, les joueurs iraniens ont chanté leur hymne, rompant avec leur silence et leurs visages fermés ayant précédé la déroute contre les Anglais (2-6); et cette fois, ils ont souri car ils ont gagné, grâce à deux buts inscrits dans le temps additionnel et dans une ambiance électrique au terme d'un match qu'ils avaient dominé de manière jusqu'alors stérile.

"Ce n'est que le début, nous devons finir le travail", a commenté l'entraîneur Carlos Queiroz, lui aussi cible des critiques.

- Anglais et Néerlandais qualifiés ? -

Outre son dénouement, pays de Galles - Iran a été marqué par le premier carton rouge de la compétition, reçu par le gardien gallois Wayne Hennessey pour une violente sortie devant un attaquant iranien.

Il aura donc fallu attendre la 86e minute du 17e match du Mondial pour assister à la première expulsion. Pour trouver exclusion plus tardive, il faut remonter à 1982 au Mondial espagnol.

Le prochain adversaire des Iraniens, les Etats-Unis, affrontent dans la soirée (20h00) l'Angleterre qui sera qualifiée en cas de victoire.

Les Pays-Bas seront aussi idéalement placés pour réserver leur ticket pour les huitièmes, s'ils battent l'Equateur (14h00) et que le Sénégal n'est pas battu par le Qatar (le match a débuté à 14h00).

Même sans son buteur-talisman Sadio Mané, et même avec la pression du résultat après la défaite inaugurale contre les Oranje (2-0), le champion d'Afrique en titre paraît très supérieur à un Qatar qui est apparu d'une insigne faiblesse lors de son entame de tournoi contre l'Equateur (2-0). Le petit émirat pourrait devenir le premier pays hôte de l'histoire à se voir indiquer la porte de sortie après seulement deux matches.

- La cheville de Neymar -

Quart de finaliste en 2002 (toujours le meilleur résultat d'une équipe africaine dans l'histoire de la Coupe du monde), le Sénégal est régulièrement présenté comme la meilleure sélection du continent dans ce tournoi.

Remontés par le sacre de la Coupe d'Afrique des nations l'hiver dernier, les supporters n'attendent rien d'autre qu'une qualification. Mais même en cas de succès vendredi, il restera une "finale" à disputer quatre jours plus tard contre l'Equateur.

Entre deux matches, l'attention se focalise aussi sur l'état de la cheville droite de Neymar. Le maître à jouer du Brésil, grand favori du tournoi, s'est fait une entorse jeudi soir lors de la victoire des Auriverde face à la Serbie (2-0).

"Neymar Jr. et Danilo (également touché contre la Serbie, NDLR) ont passé des examens vendredi après-midi. Les deux joueurs sont rentrés à l'hôtel et poursuivront leur traitement avec le service de kinésithérapie", a écrit la Fédération brésilienne, promettant de communiquer dès qu'elle aurait "du nouveau".

(I.Beryonev--DTZ)