Deutsche Tageszeitung - Au Soudan, la gomme arabique résiste au climat extrême, mais l'homme peine à suivre

Au Soudan, la gomme arabique résiste au climat extrême, mais l'homme peine à suivre


Au Soudan, la gomme arabique résiste au climat extrême, mais l'homme peine à suivre
Au Soudan, la gomme arabique résiste au climat extrême, mais l'homme peine à suivre / Foto: © AFP

La gomme arabique essentielle pour la production mondiale de boissons gazeuses provient de l'acacia des zones arides du Soudan, où cet arbre résiste aux températures de plus en plus extrêmes, mais les agriculteurs, eux, peinent désormais à le cultiver.

Textgröße ändern:

L'acacia gommier est "un arbre important pour lutter contre la désertification, car il résiste à la sécheresse et augmente la fertilité des sols, ce qui est essentiel pour accroître la production agricole", explique Fatma Ramly, coordinatrice nationale de la Fédération des producteurs de gomme arabique, qui compte sept millions de membres.

Faite de sève durcie tirée de l'acacia, la gomme arabique est un émulsifiant quasi irremplaçable pour les industries mondiales. Cet ingrédient naturel est utilisé dans tout: des boissons gazeuses aux chewing-gums, en passant par les produits pharmaceutiques.

Il fait la fierté du Soudan qui est le premier producteur mondial de gomme arabique avec 70% du commerce, selon l'Agence française de développement.

La gomme a même valu au Soudan, qui a été sous embargo international pendant des décennies, une exemption spéciale des Etats-Unis dont les industries agroalimentaire et pharmaceutique sont bien trop friandes. Elle est en effet un composant essentiel du... Coca-Cola !

Mais pour récolter la précieuse sève, l'homme doit subir les mêmes conditions climatiques extrêmes que l'acacia, un des arbres au monde qui s'accommode le mieux à la sécheresse et au changement climatique.

"On travaille des heures sous un soleil brûlant" pour au final "gagner tout juste de quoi acheter de l'eau jusqu'à la saison des pluies", dit Mohammed Moussa à l'AFP.

- Hausse des températures double -

Au Kordofan, la hausse des températures enregistrées est le double de la moyenne mondiale, soit deux degrés supplémentaires en moins de trente ans, selon l'agence de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture.

Les humains peinent à composer avec le climat aride et la désertification. Et à la sécheresse vient s'ajouter la fluctuation des cours mondiaux de la gomme arabique.

De nombreux agriculteurs préfèrent donc couper leurs acacias et les vendre pour en faire du charbon, afin d'avoir un revenu plus stable, ou travailler dans des mines d'or aux alentours. A l'image des quatre des cinq fils d'Abdelbaqi Ahmed, qui ont opté pour le dur labeur de minier plutôt que de s'occuper des acacias de leur père.

Même chose pour Abdallah Babiker: ses trois fils préfèrent creuser le sol à coups de pioche que de grimper dans les acacias. "Ils veulent un travail qui rapporte plus", dit l'homme de 72 ans.

Face à cette situation, le Soudan, qui a exporté en 2021 88.000 tonnes de gomme arabique pour 110 millions de dollars, selon la Banque centrale, s'active pour remplacer les acacias abattus pour le bois de chauffage ou la construction.

- Ceinture de gomme arabique -

"Nous avons essayé de replanter des arbres dans les zones qui se sont détériorées et d'empêcher la ceinture de gomme arabique de reculer", explique Mme Ramly, qui travaille pour le Département des forêts du Soudan, en référence à cette zone d'environ 500.000 kilomètres carrés qui va du Darfour, région soudanaise frontalière du Tchad, à Gedaref, près de l'Ethiopie.

Récemment, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a accordé 10 millions de dollars au Département des forêts pour aider les cultivateurs d'acacias à conserver leur gagne-pain. Cette aide vise également à financer la "Grande muraille verte", un méga-projet censé couvrir d'arbres la bande africaine du Sahel jusqu'à la Corne de l'Afrique, dans le but de contenir le désert qui ne cesse de gagner du terrain.

"La sécheresse est l'une des principales difficultés pour les habitants" vivant là où l'acacia est cultivé, explique à l'AFP Madani Ismaïl, professeur assistant à l'Institut public de recherche agricole.

Abdelbaqi Ahmed en sait quelque chose, lui qui incise l'écorce de ses acacias depuis plus de 30 ans pour en retirer le liquide qui se solidifie rapidement en boules cabossées couleur d'ambre.

"C'est ma famille qui m'a appris (ce) dur labeur", raconte à l'AFP l'homme de 52 ans, propriétaire de près de 30 hectares d'acacias plantés dans le village de Botei.

Mohammed Moussa, lui, a enseigné son métier à ses enfants "même si ça ne les intéressait pas. Comme ça au moins, s'ils n'ont rien d'autre, ils pourront s'en servir".

(A.Nikiforov--DTZ)