Deutsche Tageszeitung - Ons Jabeur à Wimbledon, "une fierté nationale" pour la Tunisie

Ons Jabeur à Wimbledon, "une fierté nationale" pour la Tunisie


Ons Jabeur à Wimbledon,
Ons Jabeur à Wimbledon, "une fierté nationale" pour la Tunisie / Foto: © AFP

"Une fierté nationale", "notre ambassadrice du bonheur", malgré sa défaite samedi en finale à Wimbledon, la star tunisienne du tennis Ons Jabeur a été célébrée par des Tunisiens, encore tout ébahis de sa présence à ce niveau du prestigieux tournoi du Grand Chelem.

Textgröße ändern:

Dans l'un des rares cafés ouverts en ce jour de fête religieuse de l'Aïd, un groupe de jeunes hommes assis devant un écran qui diffuse en direct le prestigieux tournoi londonien, hurle de joie à chaque balle remportée par leur championne.

"C'est notre produit national tunisien avec les moyens du bord", explique à l'AFP Safwen Ghairi, un étudiant de 21 ans. Son groupe d'amis s'est dépêché de terminer de déguster le méchoui traditionnel pour voir le match.

A leurs yeux, la joueuse de 27 ans "représente le continent (africain) et la région à Wimbledon" et rien que cela, "c'est un exploit".

Comme l'a dit à l'AFP juste après le match, son ancien entraîneur Nabil Mlika, Jabeur "reste une fierté nationale". "Elle a commis des fautes au deuxième set mais on lui souhaite bonne chance pour l'US Open (29 août - 11 septembre", a-t-il ajouté.

Hafedh Amrouni, 25 ans, qui travaille dans le café, estime qu'une victoire "aurait été une double fête de l'Aïd et de la victoire, mais dans tous les cas, elle nous a honorés".

Zaher Edine Dahman 27 ans est du même avis: c'est "notre ambassadrice du bonheur". "Nous rêvions autrefois qu'un joueur tunisien puisse seulement se qualifier pour jouer à Wimbledon et aujourd'hui la Tunisie est présente en finale".

Le café se trouve à quelques encablures du club de tennis Hammam Sousse où Jabeur a tapé ses premières balles.

A Wimbledon, elle est devenue le premier représentant d'Afrique du Nord à atteindre la finale d'un tournoi du Grand Chelem.

Dans un bref commentaire à la fin du match, elle s'est dite consciente de son rôle: "j'essaie d'être une source d'inspiration pour beaucoup de générations de mon pays, j'espère que vous êtes à l'écoute", a-t-elle lancé aux Tunisiens.

- "moments difficiles" -

Par avance, elle a dédié son parcours à son pays: "J'adore voir la joie que je procure aux Tunisiens, surtout vu les moments difficiles qu'ils traversent".

Le pays nord-africain est plongé dans une grave crise politique depuis que le président Kais Saied s'est accaparé tous les pouvoirs il y a un an. Très dépendante de ses importations en énergie et alimentaires, la Tunisie est en proie à des difficultés économiques qui ont été accentuées par le Covid et plus récemment par la guerre en Ukraine.

Les internautes ont commenté les prouesses de Jabeur en la qualifiant de "Nouvelle Constitution du pays", dans une allusion au référendum sur des amendements constitutionnels renforçant le rôle du président, prévu le 25 juillet.

Vendredi, le ministre des Sports tunisien, Kamel Deguiche, a annoncé des célébrations populaires après Wimbledon et vouloir décerner à Jabeur un titre officiel de "ministre du Bonheur": "c'est le devoir de l'Etat envers elle", a-t-il dit.

La N.2 mondiale est née dans la ville de Ksar Hillal (est) le 28 août 1994, dans une famille de quatre enfants dont elle est la benjamine.

Dans une chronique sur le site de la BBC, elle a souligné avoir été inspirée par sa mère. "C'est une grande fan de tennis, elle m'a amenée à son club à seulement trois ans. Elle jouait avec ses amies et moi je faisais le commentaire. Je passais toute la journée au club de tennis et j'adorais ça".

- Regain d'intérêt des Tunisiens -

Dans sa chronique, Ons a regretté l'absence de ses parents et sa soeur, faute de visa pour la Grande-Bretagne, qui a réagi via son ambassade à Tunis en promettant d'"examiner ce qu'il s'est passé".

Dès ses 12 ans, la jeune prodige a intégré un lycée sportif à Tunis et s'est fait remarquer en 2011 en remportant le tournoi juniors à Roland Garros.

Après une transition difficile vers sa carrière professionnelle, elle a recommencé à briller il y a seulement deux ans à l'Open d'Australie, devenant la première joueuse arabe à se qualifier pour les quarts de finale d'un tournoi du Grand Chelem.

Les succès de la joueuse de 27 ans ont relancé l'intérêt des Tunisiens pour le tennis. Depuis que Jabeur a démarré son ascension dans le classement professionnel en 2018, le nombre d'adhérents à son club de Hammam Sousse a doublé pour monter à 700 membres.

(L.Svenson--DTZ)